SUPERJAIL! : le cadavre exquis d’un exercice de prose dessinée. 

Genre : Taré traumatisant.
Pitch : Taré traumatisant.
On regarde parce que… : Taré traumatisant.
Quand regarder ? : Taré traumatisant.

Ce n’est pas un dessin-animé, c’est de l’art. Pur. Mais pas épuré. Chaque image doit être disséquée pour comprendre toute l’intensité du discours des objets représentés.
On est ici dans une succession de tableaux poétiques (et pour autant sanglants) où se retrouvent la figuration, le surréalisme, l’art BD, l’illustration… autour d’une fusion entre toutes les mythologies, tous les genres. On peut choisir de rester scotcher devant Superjail! sans même écouter les dialogues, sans même tenter de comprendre l’histoire… ou bien prendre ça comme le cadavre exquis d’un exercice de prose dessinée. Et kiffer sans vraiment savoir pourquoi, si ce n’est que toute cette folie nous dépasse.

Superjail-post-1

Superjail.S04E03

maxresdefault

maxresdefault-1

superjail

 

 

Publicités

FINAL SPACE

Genre : Humour dans l’espace.
Pitch : Un débile interstellaire et incarcéré dans un navire de l’espace vient en aide et sauve une bestiole verte absolument craquante qui s’avère avoir le pouvoir de détruire toutes les planètes, alors forcément, les grands méchants de la galaxie veulent s’en emparer, et ça, notre neuneu star n’est pas d’accord.
On regarde parce que : Parce que Rick et Morty c’est fini et qu’on se console comme on peut.
Quand regarder ? : Bah quand vous voulez, j’en ai plus rien à foutre.

GHOSTED

Genre : Comédie S-F, Men in presque black

Pitch : Un prof/chercheur croise la route d’un ancien flic. Tous les deux sont embauchés par le « FBI du paranormal » pour venir à bout d’enquêtes très chelou.

On regarde parce que… : Adam Scott, que je trouve généralement très moyen, performe complètement pour une fois. Il est soutenu par un Craig Robinson très en forme dont les seuls regards suffisent parfois à vous faire  pouffer bêtement de rire. Les histoires fantastiques ne sont pas dignes d’un Rick & Morty, ni d’un Futurama, mais les scenarii s’en sortent malgré tout et chaque épisode passe à une vitesse folle.

Quand regarder ? : Tous les lundis soir après la soupe.