THE END OF THE F***ING WORLD

Genre : Deep-Teen-Thriller à l’anglaise

Pitch : Un ado pense qu’il est psychopathe et projète de tuer son amie, quand celle-ci décide de fuguer et de l’emmener avec elle.

On regarde parce que : Ils sont tellement mignons ! Ça nous rappelle tant d’émotions adolescentes, pulsions de meurtres comprises. Ah les hormones… Le truc avec ces deux-là, c’est qu’ils sont vraiment marrants. Lui est super coinços, introverti et ne demande qu’à être ébloui par la vie ; elle est cynique, morveuse avec un bon gros classique daddy issue. Le tout est savoureux, drôle, joli et assez lent pour qu’on prenne un peu le temps de les kiffer, tous les deux, à leur juste valeur…

Quand regarder ? : 2 épisodes, le samedi après-midi, vers 17h00, quand il fait un peu gris-pluvieux, avec une tasse de Earl Grey, des scones à la myrtille et un T-shirt à l’effigie de The Clash.

Publicités

MISFITS

Genre : comédie, superhéros, SF, foufou, UK
Pitch : 5 débiles condamnés à des travaux d’intérêt général pour de la tyni-mini-criminalité se retrouvent tous foudroyés au court d’un orage très spécial. Petit à petit, ils découvrent des pouvoirs respectifs qui sont aussi pratiques que “whuuuuut? mais à quoi ça sert” et tentent de camoufler leur vrai crime : l’assassinat de leur éducateur disciplinaire devenu, quant à lui, complètement taré (dans le sens, “Je vais tous les trucider”).
On regarde parce que : c’est drôle et que, allô ?! ils ont des pouvoirs… c’est forcément attrayant ! La série date de 2010 et personnellement je ne la découvre que maintenant, grâce à Netflix, il faut bien le dire.
Les acteurs, dans leur jus de rosbifs déconnectés de la réalité et complètement obsédés, sont tous très attachants. C’est comme si les X-Men avaient rencontrés les gars de Shameless, alors forcément, on adore.
Quand regarder ? : Je viens de passer l’intégralité de mon lundi, affalée dans le canapé, à me faire la saison 1, mais bon… vous pouvez aussi vous contentez d’un épisode avant d’aller dormir.