Roseanne revient le 27 mars 2018 sur ABC ?

Beaucoup de gens ne se souviennent pas. Moi-même je n’ai plus toutes les informations en tête.

Je me rappelle cette femme, son petit rire pas toujours très sympathique, son air de prendre tout le monde pour un con fini, hormis son mari, interprété par John Goodman.

Lui, je me souviens qu’il était gentil, rassurant, pas toujours de bons conseils en ce qui concernait les fringues, mais sympa, conciliant et compréhensif.

Et puis il y avait les gosses. Ils étaient trois.  Au milieu il y avait elle :



Sara Gilbert…

…et quand je l’ai vu pour la première fois dans The Big Bang Theory, j’ai crié :

« MAIS C’EST LA FILLE DE ROSEANNE !!!! »

Le reste… je ne me souviens plus bien. Ah si ! Je regardais ce programme. Je le regardais et je l’aimais vraiment bien !

La saison 10 reprendrait donc vraisemblablement le 27 mars prochain, pour 8 épisodes. Le cast original est réuni et abordera des thèmes brûlants de société. Info à prendre avec des pincettes car depuis plusieurs semaines les vidéos prédisant le retour des Conners semblent toutes s’effacer de la toile… Coïncidence ? Je ne crois pas.

Publicités

GHOSTED

Genre : Comédie S-F, Men in presque black

Pitch : Un prof/chercheur croise la route d’un ancien flic. Tous les deux sont embauchés par le « FBI du paranormal » pour venir à bout d’enquêtes très chelou.

On regarde parce que… : Adam Scott, que je trouve généralement très moyen, performe complètement pour une fois. Il est soutenu par un Craig Robinson très en forme dont les seuls regards suffisent parfois à vous faire  pouffer bêtement de rire. Les histoires fantastiques ne sont pas dignes d’un Rick & Morty, ni d’un Futurama, mais les scenarii s’en sortent malgré tout et chaque épisode passe à une vitesse folle.

Quand regarder ? : Tous les lundis soir après la soupe.

LOVE YOU MORE

Genre : Comédie dramatique

Pitch : Karen est une femme qui s’en sort, enfin qui essaye. La journée, elle travaille dans une maison pour jeunes trisomiques, le soir, elle fréquente les bars à la recherche de quelqu’un qui l’aimera ou la baisera selon son humeur.

On regarde parce que : Karen n’est en rien « typique ». Sa vision de la vie et de la féminité est intéressante car elle ne se laisse jamais dépasser, ni par les gens, ni par les normes, et encore moins par elle-même. Elle est responsable et tout à la fois dévergondée. Excentrique mais pour autant psychologue et compréhensive. Un personnage forgé dans une bassine de non-clichés qui génère alors des situations cocasses, loufoques et à la fois criantes de vérités et de « possible ». Amazon n’a mis en ligne qu’un épisode pour l’instant, mais ce début d’histoire ne laisse pas indifférent : on en veut more.

Quand regarder ? : Le premier épisode montre une scène de sexe assez inattendue… Je vous conseille donc de le regarder au bureau, à l’heure du dej’ et de vous délecter du regard abasourdi de vos collègues.

« PARIS ETC. », une histoire à suivre…

Genre : Comédie dramatique à la française.

Pitch : Série chorale où les vies de 5 Parisiennes très différentes se chevauchent, se rejoignent, se croisent.

On regarde parce que … : Déjà parce que Zabou Breitman, une incarnation de l’intelligence, une beauté, un jeu parfait, un style, une présence, un oeil qui fait rire, l’autre qui fait pleurer, bref, à mon sens, une perfection de le comedia en France.
Ensuite on regarde parce que toutes les autres tiennent aussi bien la route et s’infiltrent merveilleusement dans la peau de leur personnages. Le plus réussi (à mon goût) étant l’écriture et le jeu : les nuances de chaque caractère sont criantes de vérité. Ainsi a-t-on une magnifique Marianne, interprétée par Valeria Bruni-Tedeschi qui se pense sincèrement généreuse alors qu’elle est, en réalité, un monstre d’auto-suffisance. Naidra Ayadi, c’est Nora, et elle ne comprend pas que son mari la contredise tout le temps, sans s’apercevoir qu’il le fait généralement pour les bonnes raisons… Anaïs Demoustier joue Mathilde et puise une intelligence et un instinct de survie éclairé et éclairant alors que la vie s’épuise à lui faire des coups de pute. Quant à la benjamine du groupe, Allison, interprétée par Lou Roy Lecollinet, elle est la parfaite représentation de la figure post-ado qui entre dans l’âge adulte sans en avoir les bases et-ou les règles et réussi à faire passer son égoïsme pour de l’ingénuité.
Cette série, à l’inverse d’autres, n’est pas tendre avec les femmes et ne prend pas, par défaut, leur parti ni leur défense. Il y a tellement de choses qu’elles ont mal fait, qu’elles continuent de détruire…  Aujourd’hui, elles payent le prix fort. Avec un peu d’aide, un peu d’amour, un peu de vérité, et tout en acceptant leur maladresse, leur histoire et leurs réelles priorités, elles vont tout faire pour essayer de rattraper la route dont elles se sont éloignées.

Quand regarder ? : Je ne sais pas quand, mais seul(e). Juste pour que personne ne soit dans les environs quand vous vous rendrez compte à quel point vous partagez les mêmes défauts que tous ces personnages…

THE GUEST BOOK

Genre : comédie farfelue, histoires abracadabrantes.
Pitch :  Une maison-cabane d’hôtes à louer dans une bourgade perdue proche de la forêt et des locataires qui s’enchainent au fur et à mesure des épisodes en racontant leurs aventures dans le Guest Book du chalet.
On regarde parce que :
1. La construction du scénario est intéressante : une histoire différente à chaque épisode, mais sur le même lieu, permettant à quelques personnages centraux de rester au coeur des péripéties.
2. Un casting « guest » à chaque fournée. On attend alors chaque épisode en se demandant qui va jouer dedans.
3. Parce que les histoires sont divertissantes, assez absurdes et assez courtes pour que ce ne soit pas rasoir.
Quand regarder ? : Dans son cabanon d’été quand il pleut.

« Moonbeam City » : si on ne connaît pas, c’est qu’il doit y avoir un problème…

Quand Nicky Larson copule avec Kavinsky et que leur enfant commun copule avec tout le cast de Miami Vice tout en ayant, préalablement, chopé la mono d’Archer.

Genre : Animation policier aventure de l’amour du risque
Pitch : Pfiouuuu, euh…. beaucoup de lasers et de coups de feu dans tous les sens.
On regarde parce que : Parce que Will Forte, assurément. On a grandi et on a dû dire bye-bye à Nicky Larson alors qu’on était encore amoureux(se) de lui, c’est presque l’occasion de le retrouver.
Le seul hic ? : Bon, bah désolée, mais c’est vraiment pas drôle.
Quand regarder ? : En boîte de nuit, quand la soirée est pourrie, qu’on voudrait bien partir mais que les autres veulent rester parce que « Attends, on prend des shots ! ». Voilà.

LOULOU

Genre : comédie de la vie de tous les jours, celle où tu broies du noir mais où tu veux quand même rejoindre tes potes au café pour boire un coup.
Durée de chaque épisode : 6 minutes
Pitch : Loulou apprend qu’elle est enceinte. Entourée de ses trois meilleurs amis et de son mec, elle passe par toutes les phases.
On regarde parce que :
1. On se reconnait dans tous les personnages et la plupart des situations, dès les premières minutes.
2. Parce que Loulou n’est pas un stéréotype de Parisienne validée par Vogue.
3. Parce que c’est super bien écrit et qu’on s’esclaffe régulièrement (ne loupez pas l’épisode intitulé « Loïc », c’est une merveille).
Quand regarder ? : En une fois, avec son mec et ses trois meilleurs amis, tout en mangeant des tacos (hé, pourquoi pas ?).